Thèse de Robin Le Penglau, mardi 12 décembre 2017, Paris

Sujet Analyses multivariées et multiblocs d’images hyperspectrales pour la prédiction de la corrosion sur le long terme : application à la corrosion atmosphérique d’alliages ferreux historiques
Date mardi 12 décembre 2017 à 9h30
Lieu Amphithéâtre 56.A, UMPC, 4 Place Jussieu 75005 Paris

Résumé
Ce travail consiste en le développement d’une méthodologie pour comprendre les mécanismes de corrosion atmosphérique du fer sur le long terme à l’aide d’outils chimiométriques. Les données structurales et de composition élémentaire sont acquises par microspectrométrie Raman et Microscopie Electronique à Balayage couplée à la Spectroscopie en Dispersion d’Energie (MEB-EDS) sur deux échantillons provenant de barres de fer des cathédrales d’Amiens et de Metz. Ces deux jeux de données sont couplés puis étudiés selon différentes approches multiblocs. La première partie de ce projet étudie les données spectrales couplées pour préserver le maximum d’information des acquisitions et la deuxième étudie les mêmes données réduites en nombre de variables pour en simplifier l’étude. Ces deux approchent convergent vers une même conclusion : des éléments mineurs sont présents au sein de certaines phases cristallines de corrosion, notamment la ferrihydrite qui est associée au silicium, au phosphore et au potassium. Ceci peut à terme influencer les propriétés physicochimiques des phases présentes dans les couches de produits de corrosion et modifier les vitesses de corrosion.

[Télécharger l'annonce - PDF408.04 Ko]