Thèse de Nolwenn Zaour, mardi 30 mars 2021, Belfort

Sujet La métallurgie du fer en Normandie et ses marges de l'âge du Fer au Moyen Âge : approches interdisciplinaires ; archéologique et archéométrique
Date mardi 30 mars à 14h
Lieu en ligne [contacter nolwenn.zaour@inrap.fr]

Résumé
ce travail de thèse, centré sur l’étude interdisciplinaire et diachronique des activités paléométallurgiques à l’échelle du grand ouest de la France, a pour objectif d'y étudier l’évolution des activités métallurgiques des âges du fer au Moyen Âge. Cette recherche repose en grande partie sur l’étude interdisciplinaire de ces déchets de production en tant que documents privilégiés, afin de comprendre et de restituer les différentes techniques mises en oeuvre tout au long des chaînes opératoires aux différentes époques, schématiquement : de la mine au minerai, du minerai au métal, du métal à l'objet. Il s'agit de « lire la matière », d'en faire une caractérisation structurale et analytique, permettant de déterminer les gestes techniques réalisés par l'artisan et en déduire son habileté, ses compétences, ses spécialités. Il s'agit aussi d'essayer de percevoir l'organisation économique et sociale qui sous-tend cette activité, en identifiant les lieux d’implantation de la production primaire (extraction et réduction) et de la transformation du métal (forge), ainsi que leur niveau de spécialisation, tout en précisant la destination du métal (forge locale ou non, et systèmes d'échange) et ses modalités de recyclage. Pour ce faire, il a tout d'abord été procédé à un inventaire diachronique des sites métallurgiques découverts dans le cadre des fouilles préventives et parfois programmées réalisées dans les régions de l'Ouest. La reprise de la description des structures et de leur agencement sur les sites permet de mieux comprendre l'organisation des ateliers et d'en approcher le fonctionnement. Par l'étude macroscopique, les mobiliers métallurgiques ont dans un premier temps été identifiés. Puis des études archéométriques, par le biais d'analyses au microscope optique, ont aussi été menées sur ces vestiges sidérurgiques, permettant la caractérisation interne d’un échantillonnage représentatif par phase, contexte et période, provenant de ces différentes occupations.

[Télécharger l'avis de soutenance - PDF764.43 Ko]