Thèse de Nathan Ferrandin-Schoffel, mercredi 17 mars 2021, Paris

Sujet Renforcement et désacidification de papiers patrimoniaux par des réseaux de copolymères de polyaminoalkylalcoxysilanes. Mécanismes, stabilité et optimisation
Date mercredi 17 mars 2021 à 14h
Lieu en ligne [cliquer sur ce lien]

Résumé
L’acidité du papier est un problème majeur pour la préservation des collections graphiques. Certains ouvrages et papiers fabriqués industriellement entre la fin du XIXe et le début du XXe s, de qualité médiocre, sont devenus acides et fragiles, ce qui compromet souvent leur consultation. Afin de proposer une solution pour ces documents, des traitements à base d’aminoalkylalcoxysilanes (AAAS) copolymérisés, permettant simultanément la désacidification et le renforcement mécanique du papier, ont été développés. Ces traitements ayant fait leurs preuves sur certains papiers mais pas sur d’autres, il était primordial de mieux comprendre les résultats obtenus avant d’envisager leur usage par les professionnels de la conservation et de la restauration du patrimoine sur papier.
Ces travaux de thèse ont permis d’approfondir la compréhension des interactions/réactions s’établissant entre les AAAS et le papier, et de mieux identifier les raisons réduisant l’efficacité du traitement. Pour cela, les traitements AAAS ont été appliqués à des papiers lignocellulosiques de compositions complexes. Parallèlement, l’évolution des caractéristiques physico-chimiques (pH, propriétés optiques et mécaniques) d’une large gamme de papiers traités a été étudiée sur plusieurs années. Enfin, plusieurs possibilités d’optimisation des traitements AAAS ont été évaluées, à savoir l’utilisation de pré-traitements du papier avec un agent désacidifiant ou réducteur, de catalyseurs de la polymérisation des polysiloxanes lors du traitement, ainsi que de séquences thermiques post-traitement.