Post-Doc : Influence de l’addition de verre broyé sur les propriétés physico-chimiques des couleurs employées en peinture et polychromie (Paris)

Logo C2RMF

La découverte de particules de verre en mélange dans la matière picturale a été l’objet d’un intérêt scientifique croissant depuis les années 2003-4. Relevé depuis longtemps dans les traités anciens, et identifié de manière anecdotique, ce procédé s’est révélé diffus en Europe. Les études d’œuvres de Léonard de Vinci pour l’exposition de 2019 ont permis de révéler l’importance de cet additif dans sa technique. Cependant les publications sont restées jusqu’ici sur le registre du constat : cas répertoriés, caractéristiques des grains de verre, localisation dans les couches de peinture et pigments en mélange avec cet additif. Les hypothèses avancées pour l’usage du verre broyé sont multiples mais ne sont pas étayées.
Le premier volet du projet a permis l’étude du comportement des couches peintes en présence de verre broyé dans les trois domaines de l’optique, de la rhéologie et de la chimie en cohérence avec les hypothèses. Les travaux ont conduit à des développements méthodologiques avec pour corollaire une restriction des objectifs initiaux. Les premiers résultats extrêmement encourageants ont montré que l’ajout de verre broyé inerte dans un mélange blanc de plomb-huile de lin a une influence sur la rhéologie, la transparence du film et la siccativité. Ce second projet explorera le comportement d’un second pigment souvent associé au verre broyé dans les peintures des XVe et XVIe siècles. Le rôle du manganèse d’un verre reconstitué selon des recettes anciennes sera également évalué.

Plus d’informations :
[Télécharger l'annonce - PDF 250 Ko]