Post-Doc : Analyse de pigments et résidus (Bordeaux)

Logo PACEA

Afin de comprendre comment, quand et parmi quelles populations humaines la culture matérielle symbolique a émergé, et de déterminer quels mécanismes ont été impliqués dans ce processus, sa consolidation et sa complexification, les membres du GPR « Human Past » souhaitent étudier les premières occurrences de l'utilisation de pigments, de l'ornementation personnelle, des gravures et de l'utilisation rituelle des systèmes karstiques. Nous prévoyons d'appliquer des méthodologies de pointe (SEM-EDS, microscopie confocale, μ-Raman, XRD, pXRF, FTIR, ICP-MS, PIXE) et de nouveaux approches théoriques pour analyser le matériel archéologique et l'art rupestre d'Afrique, d'Europe, d'Asie de l'Est et du Sud-Est, sur une période couvrant 400 000 ans. En Afrique, nous étudierons les premières preuves de l'utilisation de pigments sur des sites d'Ethiopie, du Kenya, d'Afrique du Sud et du Soudan. En Asie orientale, nous étudierons l'utilisation de l'ocre sur des sites clés, dont le célèbre site de la grotte supérieure de Zoukoudian et Xiamabei, un site inédit révélant une production précoce de pigment rouge en Chine. En Europe, nous réévaluerons l'utilisation des pigments par les Néandertaliens en analysant le matériel trouvé sur des sites d'Europe occidentale et orientale, et en effectuant de nouvelles analyses des oxydes de manganèse utilisés par les Néandertaliens dans le Sud-Ouest de la France.

Plus d’informations :
[Télécharger l'annonce - PDF 135 Ko]