Offre de thèse : Les pots acoustiques à l'épreuve de l'expérience et de l'histoire (Paris)

logo dalembert

La question des pots acoustiques dans les bâtiments religieux du haut Moyen-Age à l’époque moderne reste en de nombreux point de vue toujours une question ouverte surtout en ce qui concerne les intentions initiales des bâtisseurs. Des études pluridisciplinaires conduites depuis plus de 15 ans en France, rassemblant des historiens, historiens de l’art, archéologues, musicologues, linguistes et acousticiens ont permis de mieux cerner le dispositif et d’en comprendre les enjeux et les difficultés d’interprétation. Des mesures effectuées sur un corpus rassemblant plus d’une cinquantaine d’église (sur les 350 recensées en France) ont permis de dégager des invariants ou des tendances dans l’élaboration de ce dispositif montrant qu’il correspondait à une pratique et une culture partagées en de nombreux points du territoire. Ces mesures ont permis, entre autres choses, de mieux appréhender la question du choix des pots relativement à leur fréquence de résonance et à leur disposition dans les édifices. Il existe en de nombreux cas, des dispositifs contenant des pots à deux fréquences, voire davantage, présentant des relations entre elles ; approximativement des quartes ou des quintes. Les études de textes relatives à certains édifices ont permis aussi de comprendre qu’une intention acoustique était de toute façon à l’œuvre dans l’usage de ces dispositifs même s’il a été montré qu’ils possèdent de surcroît une forte charge symbolique.
Dans un premier temps, le projet de recherche sera de reprendre une expérience conduite à Noyon, de poursuivre l’analyse des résultats et de réaliser un modèle analytique et/ou numérique comparatif qui intégrerait les quatre effets des pots dans l’espace. Des expériences plus simples en laboratoire pourront aussi être envisagées pour valider le modèle numérique au cas ou la confrontation avec la salle réelle poserait des difficultés pratiques. La partie documentaire et historique consistera à reprendre les inventaires et regarder s’il est possible de faire une relation entre la taille des édifices et le nombre de pots à travers l’histoire et d’en déduire, grâce aux simulations effectuées si les effets de réverbération des pots pouvaient s’entendre.

[Télécharger l'offre - PDF110.74 Ko]