Nouvelles approches pour l'étude de textiles archéologiques exceptionnellement minéralisés

Intitulé complet Nouvelles approches pour l'étude de textiles archéologiques exceptionnellement minéralisés.

Sujet (partiel) En contexte archéologique, la conservation de textiles est un phénomène très rare. Dans des contextes bien particuliers, ils peuvent être partiellement préservés jusqu’à plusieurs milliers d’année sous une forme dite « minéralisée » et sont alors d’une valeur patrimoniale inestimable. Ces mécanismes de préservation, comparables à des fossilisations exceptionnelles, demeurent en grande partie incompris. Dans le domaine de l’Orient ancien, de tels vestiges constituent presque exclusivement les seuls témoins matériels d’une production textile par ailleurs bien connue d’après les textes cunéiformes.

Dans le cadre de cette thèse, menée en collaboration avec le musée du Louvre, ces processus seront explorés en s'appuyant sur le développement de méthodologies analytiques innovantes, et notamment d'approches photoniques synchrotron et de laboratoire : tomographie avancée de rayons X, micro imagerie de luminescence. Le corpus exceptionnel rassemblé par le Département des Antiquités orientales sera étudié.

La thèse se déroulera au sein du laboratoire IPANEMA (USR 3461 CNRS, ministère de la Culture et de la Communication) sur le site du synchrotron SOLEIL à Gif-sur-Yvette (Essonne). Elle sera menée en collaboration avec le GeMAC (université de Versailles-St-Quentin) et le laboratoire TRACES (Toulouse), le musée du Louvre – département des Antiquités orientales et le musée du Quai Branly.

Contact Loïc Bertrand