Offre de thèse : Apport de l'étude physico-chimique des matières colorantes à la compréhension des peintures schématiques néolithiques (Grenoble)

Logo Institut Neel

Ce projet de thèse propose une analyse physico-chimique de la matière picturale ayant servi à réaliser les peintures pariétales néolithiques de plusieurs sites de France méridionale dans le but de révéler des traces indiquant à la fois des savoir-faire anciens (préparation de la matière) et la provenance des matières colorantes utilisées. Ce projet se concentrera dans un premier temps sur l'étude de deux sites majeurs : Otello (Saint-Rémy-de-Provence, Bouches-du-Rhône) et les Eissartènes (Le Val, Var), choisis pour l'abondance de leur iconographie, leur polychromie et la succession chronologique de différentes phases graphiques et la présence de matières colorantes géologiques à proximité. La méthodologie utilisée pour mener à bien ce projet intégrera une approche à la fois non invasive (analyse sans contact, directement sur la paroi) et non destructive (un micro-prélèvement est effectué et préservé après analyse). Des mesures de diffraction et fluorescence des rayons X seront réalisées avec un instrument mobile développé dans le cadre d'un projet interdisciplinaire (CDP PATRIMALP, IDEX UGA) et d'autres techniques d'analyses non invasives (spectroscopie de réflectance diffuse et imagerie hyperspectrale) seront également mises en œuvre, notamment pour permettre une lecture globale des matières picturales à l'échelle de la paroi. Les instruments mobiles aideront également au choix de microfragments représentatifs, quand le prélèvement de matière sera possible. Dans le cas des micro-prélèvements, une difficulté réside dans le fait que les analyses physico-chimiques mises en œuvre doivent être à la fois sensibles et spatialement sélectives. Des expériences de tomographie en diffraction et fluorescence des rayons X seront donc réalisées sur synchrotron afin d'obtenir des images élémentaires et structurales reconstituant finement la stratigraphie des micro-prélèvements. Ces micro-prélèvements pourront être ensuite préparés en coupes transverses pour des observations sous microscope optique/électronique. Une comparaison avec des références géologiques sera également indispensable pour préciser les sources d'approvisionnement possibles.

Plus d’informations :
[Website CNRS]