Offre de thèse : L'Égypte de l'Antiquité tardive face à la peste justinienne : étude archéo-anthropologique et comparative d'un cimetière de crise à Alexandrie (Paris)

Logo UMR7206 Eco Anthropologie

Dès la fin des années 1990, le Centre d'Études Alexandrines (CEAlex) a acquis un grand nombre de données anthropologiques lors de fouilles menées dans la nécropole occidentale d'Alexandrie ainsi que dans plusieurs cimetières intra-muros (références ci-dessous). Ces dernières ont offert de nouvelles bases pour notre compréhension des pratiques funéraires des Alexandrins. Néanmoins, beaucoup de données nécessitent encore d'être étudiées en détail, notamment celles d'un cimetière chrétien (VIe-VIIIe siècles) ayant livré environ 150 sépultures qui se situaient à proximité de l'église implantée à l'emplacement du Cesareum, après la destruction de ce temple du culte impérial (site du « Garage Lux »). Plusieurs inhumations multiples ont été identifiées, évoquant une crise de mortalité potentiellement liée à la peste justinienne. Cette fouille de sauvetage, effectuée au début des années 2000 sur l'emplacement de l'ancien garage Lux, offrirait ainsi un des rares témoignages archéologiques d'une crise épidémique pour cette période chronologique, hors d'Europe. Son étude s'intégrerait dans la mouvance du programme ANR PSCHEET (Pestilences and human societies: emergence, evolution and bio-cultural transformations, dir. D. Castex) qui a pour champ de réflexion les épidémies anciennes (première pandémie de peste et épidémies antiques) sur la base d'une exploitation conjointe des archives textuelles et des données archéologiques et biologiques issues de plusieurs sites funéraires européens. L'objectif de ce projet ANR est double : d'une part identifier aussi précisément que possible les témoignages de ces crises épidémiques (données archéologiques, chronologie et ADN du ou des pathogènes) afin de retracer leur(s) itinéraire(s) et de comprendre leur dispersion et, d'autre part, évaluer les impacts biologiques, sociaux et culturels de ces maladies.

Plus d’informations :
https://bit.ly/3grK20h