Datation par luminescence de séquences loessiques ...

Intitulé complet Datation par luminescence de séquences loessiques du Nord de la France et des niveaux archéologiques du Paléolithique moyen et supérieur associés

Sujet Les étapes du peuplement du Nord de l’Europe au cours du Pléistocène supérieur sont encore mal établies du fait de la difficulté de dater les sites correspondants avec précision. La présence humaine sans doute en partie tributaire de l’évolution des paléoenvironnements et du paléoclimat, est révélée par

la présence d'industries lithiques, attestée dans les nombreuses séquences loessiques qui couvrent cette région. Une étude chronologique détaillée de ces séquences est donc fondamentale pour relier les épisodes d'occupations humaines aux variations climatiques rapides qui ont marqué les derniers 110 000 ans. Dans le nord de la France, de nombreux sites renferment ainsi des niveaux paléolithiques témoignant de la présence des hommes de Néandertal puis de l'arrivée des hommes anatomiquement modernes. Ils constituent des enregistrements de référence qu’il est nécessaire de replacer dans un cadre chronologique précis pour retracer l'évolution culturelle et temporelle du peuplement paléolithique.

Compte tenu de la nature des dépôts, les méthodes de datation par la luminescence sont les mieux adaptées à cet objectif. Ce sujet propose de les appliquer à plusieurs séquences loessiques majeures du dernier glaciaire (~ 110-15 ka) , dans l’objectif de préciser la chronostratigraphie des gisements paléolithiques associés et de les replacer au sein d'un cadre chronoclimatique régional permettant de mieux apprécier les interactions Hommes-Climats-Environnements.

Contexte national et international Malgré leur potentiel permettant de retracer l’évolution environnementale du Quaternaire récent en relation avec les occupations humaines, l'utilisation des méthodes de la luminescence reste peu développée en France. Depuis plusieurs années, ces méthodes sont utilisées avec succès et à grande échelle dans les pays anglo-saxons pour la datation des formations loessiques, principales archives sédimentaires continentales du Nord-Ouest de l’Europe. Ce sujet sera donc l’occasion d’aborder avec les mêmes outils et le même niveau d’expertise ces problématiques intéressant à la fois la communauté des quaternaristes et celle des préhistoriens. Compte tenu de la richesse du nord de la France en séquences loessiques et en sites paléolithiques, nous disposons actuellement d’une base de données exceptionnelle au niveau européen, notamment en raison des nombreuses opérations de fouille menées par l’INRAP (archéologie préventive).

Possibilité de réorientation Ce sujet comporte deux aspects complémentaires (sédimentologie/géochronologie) ce qui limite le risque d’échec. La lecture stratigraphique des séquences et leur échantillonage ayant débuté, les risques sont minimes.

Faisabilité en trois ans La faisabilité en 3 ans est assurée par la disponibilité des séquences et d’un nombre conséquent d’échantillons déjà prélevés, l’engagement des laboratoires et l’expérience des encadrants dans les domaines concernés. Le travail se décompose en : 1) étude de terrain et échantillonnage en continu (5 cm) pour la caractérisation sédimentologique haute résolution (LGP/MNHN) ; 2) Préparation, minéralogie et géochimie, mise en oeuvre des méthodes de la datation par luminescence : mesure des radioéléments, évaluation des doses de radioactivité naturelle, analyse des propriétés de luminescence des minéraux (LSCE-Gif/MNHN). Des publications sont ciblées à la fin de chaque année de recherche.

Profil du candidat recherché Le sujet associant géosciences, géochronologie et archéologie, le candidat devra avoir une solide formation en géologie et en physique, de réelles capacités de synthèse et un intérêt pour le travail en laboratoire et la mesure en physique et chimie.

Candidature Les candidats potentiels doivent contacter l’un des futurs co-directeurs (adresses mails ci-dessous) et finaliser leur dossier avant le 15 juin selon les modalités précisées ici.

Voir aussi Document associé

Contacts

Jean-Jacques Bahain <bahain@mnhn.fr>