Albert Hesse nous a quittés le 2 juillet 2022

Photo Albert Hesse 1

Nous venons d’apprendre avec tristesse le décès d’Albert Hesse, l’un des pionniers de la géophysique appliquée à l’archéologie et plus généralement de l’archéométrie française.

C’est à partir des années 60 et jusqu’à la fin de sa carrière en 1999 qu’il développe ces questions au Centre de Recherches Géophysiques de Garchy, centre qu’il dirigea de 1982 à 1987. Albert a véritablement permis, accompagné d’Alain Tabbagh et d’Alain Jolivet pour ne citer qu’eux, de poser les bases de la prospection géophysique appliquée à l’archéologie. Homme de terrain, les collaborations multiples qu’il a pu mener avec des équipes en France et à l’étranger lui ont permis d’investiguer de nombreux sites archéologiques en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient notamment. Ses travaux font, aujourd’hui encore, référence et leur qualité est unanimement reconnue tant sur la rigueur et la précision scientifique que sur la vulgarisation des techniques de prospection auprès de la communauté archéologique.

Parmi ses nombreuses publications nous retiendrons plus particulièrement son ouvrage paru en 1966 "Prospections géophysique à faible profondeur; applications à l’archéologie" (Dunod) ainsi que le "Manuel de prospection géophysique appliquée à la reconnaissance archéologique" paru en 1978, tous deux constituant des ouvrages de référence.

Fervent défenseur de l’archéométrie, il a œuvré dans de nombreux comités et associations scientifiques parmi lesquels l’International Archaeometry Symposium ou bien encore le Comité des Travaux Historiques et Scientifiques (CTHS) en section Pré- et Protohistoire. Il fut également éditeur associé de la revue Archeometry et de la revue Archaeological Prospection.

Albert fut également, en 1976, l’un des neuf membres fondateurs du GMPCA (alors dénommé "Groupe des Méthodes Physiques et Chimiques de l'Archéologie") au sein duquel il a activement œuvré de nombreuses années, notamment en tant que secrétaire et président de 1981 à 1987.

Depuis les années 2000, il menait une retraite active dans le Sancerrois avec son épouse, toujours passionné par l’archéologie et l’histoire. Il nous a quitté ce samedi dans sa 84ème année, en laissant derrière lui les fondements de la géophysique appliquée à l’archéologie et, dans nos esprits, l’image d’un homme fondamentalement bon et pétillant qui savait communiquer et transmettre son savoir et sa passion aux nouvelles générations.

 Photo Albert Hesse

Albert Hesse et la jeune génération de géophysiciens lors de la soirée de gala de l'ICAP (International Conference of Archaeological Prospection) à Izmir en 2011.
De gauche à droite : Pauline Kessouri, Julien Thiesson, François-Xavier Simon et Albert Hesse (Photo : Guillaume Hulin)